La mairie avait fait appel à un architecte du patrimoine qui prépare actuellement une étude sur plusieurs monuments de Viviers :

  • Maison des Chevaliers
  • Palais épiscopal
  • Notre-Dame du Rhône
  • Eglise Saint Laurent

La CRPA (Commission Régionale du Patrimoine et de l'Architecture ) a donné un avis favorable pour l'extension de classement du chœur qui n'était pas encore protégé et nous en attendons la confirmation par le ministère de la culture. La DRAC tient à ce que l'étude englobe la chapelle et le chœur des religieuses puisque autrefois ces deux espaces ne faisaient qu'un. 


Le seisme du 11.11.2019

Le récent séisme qui a dramatiquement affecté le Teil a eu quelques conséquences sur Viviers :

 

  • des maisons impactées dans les collines
  • quelques dommages à la mairie
  • fermeture de la cathédrale par mesure de sécurité
  • dégâts à la Cité Lafarge

Hôtel de ville 

Des fissures apparaissent autour de l'escalier de service (dont certaines apparaissaient déjà lors de notre précédente visite, en octobre dernier) :  fissures verticales sur le piédroit en RDC et sur le linteau entre couloir et escalier. Sont repérées également des fissures sur les cadres de portes, au niveau 1, ainsi qu'un affaissement du palier de l'escalier au niveau 1, de l'ordre de 5 mm, visible au niveau des plinthes. Ces désordres, déjà visibles en octobre dernier, semblent s'être accentués suite au séisme du 11/11. Il nous a également été signalé une fissure nouvelle au niveau de la rosace de la salle à l'italienne (plafond), sans qu'il soit absolument certain que cette fissure soit liée au séisme du 11/11 (désordres peut-être liés à l'oscillation du lustre lors du séisme).

L'architecte M. Donjerkovic a fait le tour pour vérification des dommages subis sur les monuments dont il fait l'étude.

Notre-Dame du Rhône

On note des déplacements de claveaux sur la porte et la fenêtre de la façade d'entrée (désordres anciens). Côté cour, on repère sur le niveau 2 de l'ancien logement deux fissures en linteaux (rupture des pierres de linteaux) sans qu'il soit possible de dire que cette rupture est liée au séisme. Il est cependant préconisé de procéder à l'étaiement de ces baies, la rupture des linteaux pouvant entraîner une ruine partielle de la couverture. Il est repéré également en RDC, dans les annexes de la chapelle, des fissures verticales et en voûte qui ne présentent pas un caractère d'urgence sur le plan structurel.



Revue de l'exposition d'été

L'exposition de photos été destinée à présenter aux touristes le patrimoine architectural et pictural de Viviers, mettant en évidence les besoins des restaurations.

La salle d’exposition se trouvait dans la maison de Sampzon (Monument Historique) en face de la porte de la Gâche, point de passage de tous les touristes qui viennent visiter la cathédrale.

L’accueil était assuré par un jeune étudiant vivarois qui a su par ses connaissance et son enthousiasme intéresser près de 5 000 visiteurs (recensés) entre le 15 juillet et le 31 août.

Les 40 pages d’appréciations élogieuses dans le « Livre d’or » ouvert dans l’exposition sont pour nous un remarquable encouragement à faire encore plus pour développer notre action en faveur de Viviers.    

Exposition d'été


Pour les touristes de cet été l'association expose des photos de Didier Pétigny mettant en valeur les deux lieux que nous voulons faire restaurer : Notre -Dame du Rhône et la salle à l'italienne .

Des photos de l'expo précédente sur la cathédrale y sont également présentes.

Vous pourrez terminer votre visite par la découverte d'un petit jardin habituellement fermé.  

 

 



Les 900 ans de la cathédrale


Le 27 février 1119, il y a 900 ans cette année, la nouvelle cathédrale de Viviers était consacrée par le pape Calixte II. Aussi « Sauver Viviers »  a décidé de commémorer cet événement en présentant une exposition  de notre photographe attitré, Didier Petigny sur le thème de la cathédrale avec des photos tout à fait inédites.

 

Nous serions très heureux à cette occasion de recevoir votre visite .

 



La Maison de Sampzon accueille une nouvelle exposition :

PHOTOS INEDITES de Didier PETIGNY

EXPO Du 9 au 16 septembre 2018

Plus de 40 photos de format A4 ont été présentées entre le 9 et le 16 septembre dans la belle salle voûtée , sous-sol de la Maison de Sampzon face à la porte de la Gâche.

 

Ce sont 1090 visiteurs qui ont pu profiter de cette exposition et ensuite se promener dans les ruines d’une ancienne demeure, aménagées en jardin original. 



Située entre les remparts de la ville canoniale et la tour de la cathédrale, la maison de Sampzon est en partie construite sur la très ancienne porte de la Gache qu'empruntent les touristes qui se rendent à la cathédrale.

 

Face à la porte de la Gache se trouve l'entrée d'une salle voûtée dont on peut imaginer qu'elle fut la chapelle privée ou oratoire du chanoine résidant, et plus tard une   sacristie où les chanoines officiants revêtaient les ornements correspondant à la fête du jour, avant de monter en procession à la cathédrale, ce qui expliquerait la présence sur un mur de dix-huit chiffres qui pourraient correspondre à des supports de vêtements sacerdotaux.

C'est ce lieu, lié à l'histoire religieuse de Viviers que nous avons choisi pour présenter l'exposition de remarquables photos inédites dues à Didier Pétigny, photographe non professionnel, certes, mais de grand talent qui a rejoint l'équipe active et bénévole de « Sauver Viviers ».

 

Les photos sont presque entièrement consacrées à ces trésors patrimoniaux que sont  le salon à l'italienne du palais épiscopal, devenu l'hôtel de ville et la chapelle des Dominicaines, Notre-Dame du Rhône .

 

Nous rappelons que « Sauver Viviers » entend participer à la restauration de ces deux monuments.

 

R. de Talhouet  

 



Etat d’avancement de nos projets du 21 juin 2018

Salon à l’Italienne de l’Hôtel de Ville, ancien Palais Episcopal

La DRAC a donné son accord sur le cahier des charges de l’étude globale nécessaire avant d’envisager des travaux de restauration.

 

Nous pensions que l’état des peintures à restaurer n’était du qu’à des remontées capillaires d’humidité. Or il semblerait que d’autres causes seraient à l’origine des dégradations constatées.

 

La Mairie devrait prochainement lancer un appel d’offres à des architectes du patrimoine pour la réalisation de cette étude dont nous espérons qu’elle pourra se faire à l’automne prochain.

Chapelle des Dominicaines (Notre-Dame du Rhône)

Ce que nous souhaitions s’est enfin réalisé. La chapelle sera très prochainement restituée dans son état d’origine avec son « Chœur des Religieuses ».

 

Il y a, pour l’instant deux propriétaires (maîtres d’ouvrage) pour cet ensemble, mais la municipalité, qui vient d’acquérir le « Choeur des Religieuses » devrait se rapprocher de l’évêché pour trouver la solution permettant de n’avoir plus qu’un seul propriétaire pour la nef et le Chœur des Religieuses de cette chapelle.

 

Nous participerons aux démarches nécessaires pour obtenir l’extension du classement « monument historique » et à la réalisation du cahier des charges pour l’étude préalable aux travaux de restauration de cet ensemble exceptionnel.